• Balade : le Grand Rassemblement des Fées

    Balade : le Grand Rassemblement des Fées (Ballad, a Gathering of Faerie) 

    Ma traduction de la présentation :

    Nuala est moitié muse, moitié vampire psychique. Alors qu'elle est privée de la liberté de chanter, d'écrire ou de créer, son empreinte dans l'histoire est immanquable : tout une file de génies de la poésie, de musiciens et d'artistes sont morts à un âge tragiquement jeune. Elle ne ressent aucune compassion envers leurs courtes vies car chaque treizième halloween, elle est brûlée dans un feu de joie et renaît de ses cendres sans le souvenir de ce qui s'est passé ni de la façon avec laquelle la mort la trouvera.
    _____James est le meilleur joueur de cornemuse de l'état de Virginie – peut-être aussi du pays – et il est jeune et beau : tout à fait le genre de Nuala. Mais James, qui possède une confiance suprême en ses capacités et qui est amoureux d'une autre fille, devient le premier à refuser l'offre de Nuala. Il est préoccupé par des choses plus importantes que Nuala : une énigmatique figure cornue qui apparaît au crépuscule et la spirale infernale dans laquelle s'est enfermée Dee, sa petite amie qui ne l'est pas vraiment.
    _____Il devient clair pour James que la présence de Nuala, le roi cornu des morts, et la lente autodestruction de Dee sont tous liés, et que Dee est au centre d'un mortel jeu féerique. Pendant que James lutte pour comprendre ce qui se trame, Nuala le prend en filature car elle voit réfléchie en lui sa nature contradictoire et double. Elle se surprend à lui prêter de l'inspiration sans contrepartie, ou presque : dans l'espoir qu'il partage son affection. Mais alors que James commence à se rendre compte que ses sentiments pour Dee et Nuala ont changé, le treizième halloween arrive, avec ses feux de joie et ses rituels pour les morts, l'un mortel pour Nuala, l'autre pour Dee, et James ne peut en sauver qu'une.


     Ce qu'on nous donne sur le site d'Ada :
    Balade : le Grand Rassemblement des Fées (Ballad, a Gathering of Faerie)_____« J'avais l'habitude d'être celle qui chasse. Quand je voyais une chose que je désirais, je la suivais, je la humais et je me l'appropriais. Par «chose», je parle d'un «humain», bien entendu. Je les aimais jeunes, talentueux et de sexe masculin. Plus ils étaient beaux, plus cela me plaisait. Cela adoucissait ma tâche. Je ne devais pas les quitter des yeux jusqu'à ce qu'ils meurent, alors autant qu'ils fussent beaux. Ce n'était pas de la cruauté. Plutôt de la générosité. Chacun avait supplié pour obtenir ce que je lui avais donné: la beauté, l'inspiration et la mort. Je transformais leur vie ordinaire en quelque chose d'extraordinaire. J'étais ce qui leur était arrivé de mieux dans leur vie. Vraiment, j'étais plus une bienfaitrice qu'une chasseuse.
    _____Mais aujourd'hui, dans cette forêt aux couleurs automnales, je n'étais ni l'une ni l'autre. J'avais été convoquée, tirée de ma forme désincarnée, pour être plongée dans un vrai corps. Je ne voyais personne dans les parages, mais je pouvais sentir les vestiges d'un envoûtement. Je pouvais entendre mes pas dans les feuilles mortes, et le son m'inquiétait. Je me sentais vulnérable et bruyante parmi ces arbres aux feuilles rougies, exposée ainsi à la vue de tous dans mon corps de jeune fille humaine. Je n'y étais pas habituée. Une odeur de feuilles et de thym embrasés flottait autour de moi, telle une invitation aux envoûtements et aux feux de joie. Il me suffisait de trouver une pensée humaine à laquelle m'accrocher, pour pouvoir quitter ces lieux. »

    Mon avis :
          Revoilà Maggie et ses fées. J’avais particu- lièrement apprécié Lament (dont la fin m’avait un petit peu brisé le cœur) et même si je n’ai pas retrouvé ici l’impression que l’écriture elle-même était mélodieuse (j’avais peut-être abusé du chocolat ce jour-là), c’est un livre que j’ai adoré.
          On retrouve James (et Dee) à Thornking Ash, une école pour jeunes musiciens talentueux, mais voilà, les fées n’en ont bien sûr pas fini avec eux. D’un côté on a Dee et ses messages de plus en plus angoissants – messages qu’elle n’envoie pas à James, ce qui augmente encore la tension dans l’histoire car nous en savons plus que James, que Sullivan, le prof, drôlement impliqué et que Nuala. Et de l’autre, eh bien, James, qui fait la rencontre de Nuala, une leanansidhe, une sorte de muse qui vient de se réveiller et qui est irrésistiblement attirée par l’aura dorée de notre rouquin joueur de cornemuse qui a manqué de se faire tuer pendant l’été.
          James se méfie d’elle, il ne va pas la laisser lui faire sceller un pacte avec elle – et puis il est très sûr de lui, c’est le meilleur joueur de cornemuse quasiment du pays, alors quel est l’intérêt ? Mais Nuala va s’accrocher, continuer à essayer de le faire céder et leur relation méfiante va évoluer… et c’est touchant, je me suis tellement attachée à ces deux personnages que j’en craignais de lire la fin.
          J’adore Nuala, cette fée qui est plus proche des humains que des faeries, rejetée par les autres pour cette raison et qui doit brûler tous les 16 ans dans un feu de joie, à Halloween. C’est un sacré bout celle-là, et on comprend tout à fait ce qui l’attire chez James. Pour commencer, la façon dont il se la représente correspond, pour la première fois, à qui elle est ! Elle n’est pas du genre à abandonner sans se battre. En gros, elle est hyper attachante et sa façon d’empiéter sur l’espace personnel (ça doit être un anglicisme, ça) de James est hyper divertissante (oh, et puis elle se rend facilement invisible, donc vous voyez un peu comment elle s’amuse).
          La vie de James est déjà compliquée à la base (avant Nuala), il y a Dee, qu’il aime et ne pensait jamais perdre et avec qui il ne sait plus parler, il passe son temps à faire des blagues parce qu’il ne sait plus quoi faire d’autre. Il a aussi ce besoin compulsif d’écrire sur ses mains, sans parler du chant qu’il entend toutes les nuits depuis qu’il est à Thornking Ash… Assez dérangeant, mais voilà, c’est James, il est drôle, il joue de la cornemuse et son prénom commence par Ja… mais ses blagues sont un peu moins sur les jeux de mots ;)
          Les personnages secondaires sont vraiment intrigants, que ce soit Paul ou Mr Sullivan, un prof pas comme les autres. Côté intrigue, j’ai bien aimé comment les choses se déroulent, les liens entre tous ces personnages et les fées, les intrigues de la reine... les petits surprises et les personnages qui font leur retour à notre grand dam.
          Vivement le tome 3 !


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    10
    Mercredi 15 Septembre 2010 à 01:05
    wow sa a l'air génial a lire!
    9
    Vendredi 3 Septembre 2010 à 20:51
    Le résumé a l'air super! Je vais immédiatement le noter. ^^
    8
    Vendredi 3 Septembre 2010 à 19:26
    Ca à l'air super bien !
    7
    Jeudi 2 Septembre 2010 à 18:22
    il a l'air bien
    6
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 19:21
    j'aimerais beaucoup lire ces livres =)
    5
    Mercredi 1er Septembre 2010 à 15:49
    Je connaissais pas. Mais j'ai lu Frisson et tellement qu'il est bien, que je pense que celui-ci peut-être bien aussi.
    Dire qu'il peut en sauver qu'une. C'est ce passage là qui me donne envie de le lire !
    4
    Vendredi 27 Août 2010 à 17:38
    je pense bientot commencer la serie ^^
    3
    Jeudi 26 Août 2010 à 12:57
    Moi qui allait te dire que j'avais vu la couverture de "Ballade" sur Amazon en VF, tu as été plus rapide ! lol
    2
    Jeudi 26 Août 2010 à 12:24
    C'est James qu'on suit, et c'est clair que ça donne envie, cette muse, le choix de James....argh! vivement!!!
    1
    Jeudi 26 Août 2010 à 11:23
    c'est un esuper nouvelle moi qui avait envie de l'acheter en anglais
    je vais attendre quil sorte en français
    une bonne nouvelle
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :